Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 15:35

 

logo-union_cantal.gifElections régionales

Olivier Polfer, tête de liste NPA « et associés »

 

Sous l’étiquette de la Gauche 100% sociale et écologique », le Nouveau parti anticapitaliste, Alterekolos Et les Objecteurs de croissance veulent empêcher la droite de reconquérir la Région.

 

P1010231-640.jpg« Notre liste se veut unitaire, une Gauche 100% écologique et sociale soutenue par le NPA, les Alterekolos et les Objecteurs de croissance, mais également par des militants venus du parti de gauche. Notre but n’est pas de faire de la surenchère politique. Nous nous engageons à fond et sans complexe ». Olivier Polfer, enseignant, est donc la tête de liste du Cantal pour ce mouvement porté par Yves Gueydon pour les prochaines élections régionales.

Dans la démarche des régionales, cette Gauche 100% écologique et sociale, souhaite avant tout l’unité « pour une autre distribution des richesses. La Région, c’est un budget de 663 millions d’euros et, selon le gagnant, l’utilisation de l’argent sera différente » poursuit la tête de liste.

 

Trois axes prioritaires

C’est ainsi que le programme régional du mouvement NPA-Alterekolo-Objecteurs de croissance veut répondre au plus près aux besoins du plus grand nombre « avec une gestion nouvelle et non libérale » des fonds publics régionaux ».

Ainsi, la défense et le développement des services publics doit être importante pour le lien humain. Or, il redistribue les cartes aux Régions qui prennent des compétences de plus en plus importantes. Nous considérons que se soigner, se déplacer, se loger et se former n’est pas un luxe mais un droit fondamental dont nul ne doit être privé ».

En matière de transport, le mouvement souhaite ainsi développer la multiplication des petites gares « plutôt que de privilégier le TGV dont le Cantal ne verra jamais la couleur. D’autre part, la gratuité des transports pour l’ensemble des revenus inférieurs à 1000 euros nous semble également une bonne initiative ».

Au niveau des orientations budgétaires de la Région, Olivier Polfer prône « d’autres choix et une véritable politique de partage des richesses ». Nous voulons un changement de la gestion des fonds publics avec l’arrêt des subventions aux grosses entreprises, l’arrêt des dépenses de prestige comme Vulcania ou de projets mégalo comme le train pour rallier le sommet du Puy de Dôme (6 millions d’euros) ».

Enfin, la tête de liste aspire à un développement respectueux des hommes et des territoires « autour d’un programme ambitieux de réhabilitation thermique du bâti ». Côté agricole, c’est bien sûr le volet bio qui trouve grâce auprès du collectif. « Il faut permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail » avec une aide à l’installation, une aide à l’installation, une aide à la culture bio et aux circuits courts »

 

Article de Jean-Marc Authié paru dans L’union de l’Allier

Edition du 13 février 2010

 

La liste cantalienne :

1. POLFER Olivier, 40 ans, enseignant - 2. CLAVIERES Françoise, 60 ans, retraitée agricole

3. ROUME Bruno, 33 ans, salarié du privé - 4. JULHES Marie-Christine, 48 ans, rééducatrice en Rased

5. BOUDET François, 55 ans, cheminot - 6. SARRAZIN Marion, 23 ans, étudiante

7. GINESTIERE René, 49 ans, agent territorial - 8. TEUILLIERES Scarlett, 60 ans, retraitée

 

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Cantal - Olivier Polfer
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 15:30


Projet d'agglomération "vers une éco-métropole" qu'ils disent !
Par Jean-Michel Duclos, Élu à la ville de Clermont, Suppléant Clermont-Communauté

 

jean-michel-Duclos.jpgVoici le titre du texte de six pages (issu du projet transversal aux 6 commissions dirigées par la majorité socialiste) que nous avions à adopter ce vendredi 12 février à la session de Clermont-Communauté.

Ce texte ne peut recevoir notre aval, tant on peut y relever de contradictions, de notions qui sont juxtaposées sans cohérence, voir de verbiage incompréhensible comme la partie concernant le développement culturel.

Des valeurs fortes sont véhiculées par certains mots affichés comme des étendards dans le texte comme "solidarité", "éco-quartier, éco-cité", "excellence de la recherche en matière de développement durable", "offrir à chacun un logement décent" laissent croire que l'on a pleinement pris conscience de l'urgence sociale et environnementale. Mais très vite d'autres formulations beaucoup plus troublantes dévoilent des intentions d'aménagement du territoire tout à fait conformes à la pensée unique qui a été a l'origine de cette crise sociale et écologique.

Bref, ce texte est une prouesse de grand écart entre un affichage d'intentions correspondant aux aspirations populaires et des objectifs tacites répondant aux impératifs imposés par le monde économique ultra-libéral avec sa politique de pénétration des collectivités qui l'accompagne.

 

L'éco-métropole et les pôles de compétitivité

 

Il ne suffit pas d'affubler chaque mot du préfixe "éco" ou de lui adjoindre le qualitatif "durable" pour que comme par enchantement, la politique menée se voit automatiquement revêtue des vertus de l'exemplarité écologique. Ce "vernissage" apparaît comme une opération de détournement du sens commun de ces mots!

"L'éco-métropole" prétendument "tournée vers le développement durable et solidaire" se dévoile très vite sous un autre jour, et cela seulement deux lignes plus loin : "Elle (l'éco-métropole) conjugue une vocation industrielle et agricole dans une culture d'innovation".

Pour la partie agricole suivez mon regard. Limagrain n'est pas loin, ce qui est confirmé dans les pages qui suivent, tant les pôles de compétitivité sont encensés à maintes reprises dans ce texte. Selon les rédacteurs, "céréales vallée", pôle de compétitivité du groupe agro-chimique auvergnat (Limagrain) et de l'état (INRA) serait-il un modèle du genre en matière de développement "durable"?

Largement subventionnée par nos collectivités locales (Conseil Régional, Conseil Général, Clermont-Communauté...) Limagrain , apôtre des "bio"technologies (transgénèse et autres OGM) et sa filiale Pain Jacquet (paneterie industrielle et fourniture de pain de mie pour Macdo) sont en train de faire main basse sur la recherche publique du blé pour leur seul monopole : sélection de blés saturés en gluten adaptés plus aux process industriels et aux dizaines d'additifs qu'à la santé publique.

En matière de sauvegarde de la bio-diversité, objectif revendiqué plusieurs fois dans le texte on fait mieux !

Ainsi nous pouvons être complètement rassurés quant à l'affirmation du texte : "...la culture du développement durable et l'attitude éco-responsable sont à la base de notre démarche collective" !

 

Nous ne pouvons pas être d'accord avec les attendus qui sont supposés acquis dans ce texte!  (...)


fleche-rougeLire la suite (fichier.pdf)


Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Contributions Alterekolos
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 16:06

logo fr3Elections Régionales 2010
Débat entre têtes de listes le 14 février 2010
avec Alain Laffont pour la Gauche 100% sociale et écologqiue


Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Régionales Auvergne - Alain Laffont
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 18:48


Encourager et financer une culture par et pour tous


La Région Auvergne est une région riche en structures et manifestations culturelles d’ampleur : Le Festival du Court Métrage de Clermont-Ferrand, le Festival du Théâtre de Rue d’Aurillac, Festival de Musique de la Chaise-Dieu, la Coopérative de Mai, la Comédie… ainsi que de dizaines de salles, de groupes, de troupes et festivals qui irriguent nos territoires. Actuellement, la Droite au pouvoir par toute une série de contre réformes met en danger l’existence des politiques culturelles. La suppression de la taxe professionnelle remplacée par on ne sait quoi, la mise en cause de la clause de compétence générale qui devient pour la culture un hypothétique « droit d’initiative », viennent s’ajouter à la réforme de l’intermittence et au populisme généralisé comme le soutien à TF1 et la demande de fait d’alignement du service public sur les critères de cette chaîne. Ainsi avec la Droite, la culture doit se résumer à du consommable et du rentable à court terme ou être réservée à une élite économique. Il s’agit pour nos élus de défendre résolument l’existant actuellement menacer par toutes ces mesures. Mais on ne peut en rester à ce simple constat. Et comme une politique culturelle, ce n’est pas multiplier les salles polyvalentes par clientélisme ou mener des opérations de communications aux coûts exorbitants sans lendemain, ils oeuvreront pour soutenir les projets qui s’inscrivent dans la durée et qui ont une vraie valeur artistique. Ils favoriseront les structures associatives, collectives à but non lucratif par rapports aux entreprises privées à la recherche de profit ou à aux « boîtes de com » qui vendent des projets bidons à certains élus naïfs.

 

S’il est normal que les structures subventionnées par les collectivités publiques rendent des comptes précis sur l’utilisation des subventions, par contre les acteurs culturels doivent bénéficier d’une indépendance artistique et nos élus veilleront au respect de celle-ci. Aussi ils refuseront l’instrumentalisation de la politique culturelle. Est-il normal et sain que des personnalités politiques dont ce n’est pas le métier et qui n’en ont pas les compétences président ou dirigent les structures. Ainsi le Festival de La Chaise-Dieu a pour président Jacques Barrot. Dans quel but ? Dans le même ordre d’idée, nous sommes en droit de nous poser la question du bien fondé de la direction du Transfo par un élu socialiste de la Ville de Clermont-Ferrand et de la présidence de cet organisme par une sénatrice socialiste. Attention que l’on ne se méprenne pas, il ne s’agit pas d’attaquer un homme où une femme et leurs compétences mais le mélange des genres. Il y a quelques principes simples qu’on se doit d’appliquer dans certaines situations. Cela s’appelle le refus du conflit d’intérêt ou encore le devoir de réserve. Pas besoin d’être anti-capitaliste ou écologiste radical pour cela. La droite n’a pas manqué de se servir de cet aspect et ainsi le Transfo qui se veut le bras armé du Conseil Régional pour la culture a souffert dès le début de son existence de cette suspicion. Quant à sa raison d’être, il ne s’agit pas ici de dénoncer ex-cathedra ses actions, dont certaines sont d’ailleurs positives, mais de faire un véritable bilan du point de vue des missions qui lui ont été attribuées. Et dans ce domaine, son personnel – qui mérite peut-être mieux que cette structure hiérarchique - et les usagers doivent prendre la parole.

 

Nous aiderons les petites salles de cinéma à prendre le virage numérique et non pas uniquement une par Département comme le font actuellement les socialistes. Il nous faut là aborder un problème national qui a des effets concrets dans les Régions. Le CNC (Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée) a mis en chantier un fonds de mutualisation pour aider les salles de cinéma à se doter de matériel numérique. Ce dispositif, probablement améliorable, basé sur la répartition, était un progrès mais l’ « Autorité de la Concurrence » en a décidé autrement considérant que le fonds de mutualisation était contraire à cette fameuse concurrence libre et non faussée. Cela a pour résultat de favoriser les groupes privées recherchant le profit contre une initiative publique et à terme de faire disparaître les petites salles de cinéma indépendantes qui irriguent nos territoires. Sur ce sujet les Conseils Régionaux peuvent avoir du poids et faire reculer les intérêts privés. Encore faut-il que les élus en aient la volonté. Nous sommes en droit d’en douter quand nous constatons que la majorité actuelle du Conseil Régional (PS, PCF, Vert) refuse de soutenir le Rio à Clermont-Ferrand, une salle située dans un quartier populaire qui joue un rôle fondamental en alliant l’artistique et l’animation sociale.

 

L’un des enjeux d’une politique culturelle en Régions est d’identifier les talents naissants et les initiatives prometteuses. Ce n’est pas simple et demande réflexions et discussions. Aussi nous serons attentifs à ce qui émerge des lieux alternatifs. Nous soutiendrons les dispositifs qui créent des liens entre les pratiques amateurs et les structures professionnelles ainsi que les actions qui impliquent véritablement l’enseignement public.

 

A partir de ces orientations nous prendrons toutes les mesures qui permettront de développer dans notre Région des emplois culturels de qualité (musique, danse, théâtre, cinéma, art plastique, éducation populaire…).

 

Il s’agit de mettre à la portée de tous un choix culturel et artistique de qualité. Ce n’est pas si simple et nous savons que face au déferlement idéologique et populiste du capitalisme, cela ne se fera pas d’un claquement de doigts. Mais nous en avons la volonté politique, ce n’est pas le cas de tout le monde …

 

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Culture
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 23:56


Pas de Père Noël pour les personnes âgées, les pauvres, les précaires, les travailleurs, les travailleurs indépendants (agriculture, artisanat..) et pour l’économie sociale et solidaire !

 

Région Auvergne :


Un budget qui reste dans la logique libérale voir l’accentue.


faujour-subventions-patronat.jpgDe grosses subventions directes aux grandes entreprises et aux multinationales (4,5 millions d’euros en augmentation de 50% par rapport à 2009) soit 3 fois le budget accordé à l' économie sociale et solidaire. Fond d’avance de trésorerie pour les entreprises alors que ce rôle devrait être celui des banquiers qui ont touché des milliards depuis 2009.

 

Encore de gros cadeaux aux « pôles de compétitivité » dont Limagrain, producteur d’OGM et multinationale qui réalise de très gros profits. Pas grand chose pour les petits producteurs agricoles.

 

Des gaspillages pour le prestige :

--- Vulcania, 6,5 millions d’euros, ce gouffre financier, hérité de Giscard aura englouti d’ici à 5ans l’équivalent du plan Rail pour l'Auvergne , soit 55 millions d'euros ,

--- Le petit train du Puy de Dôme pour 6 millions d’euros, qui coûtera 100 millions d’euros au total.

--- Le TGV ( 700 millions d’euros à payer pour l'Auvergne, sur un coût total de l'ordre de 10 Millards ) on en parle, on investit et…. peut-être, à ce prix, il ne verra jamais le jour.

Quant au budget Energie-Environnement, il diminue. Il se traîne à la vitesse de l’escargot, à ce train d’enfer, il faudra 300 ans pour que chaque habitation soit pourvue d’énergie renouvelable.

 

Yves Gueydon (Ex- Vert, Alterékolos, tête de liste de la liste unitaire sur le Puy de Dôme) n’a pas voté ce budget du PS que nous pouvons qualifier de libéral (tout pour les gros, presque rien pour le peuple). Le PCF, le Parti de Gauche , les Verts, l’ont voté. Dommage.

 

Mairie de Clermont-Fd. :


En colère, oui ils étaient en colère nos quatre élus du groupe A gauche 100%. Jeudi 17 décembre, le Conseil municipal de Clermont examinait la proposition de budget 2010 défendue par la majorité municipale (PS, PCF, Verts, Lutte Ouvrière…).

sdf faujour

 

INCROYABLE. Alain Bardot, adjoint de Serge Godard a déclaré :«Pour venir en aide aux entreprises les investissements augmentent de 8 millions d’euros par rapport à ceux de 2009 ». Par contre, l’aide aux personnes âgées, aux personnes et familles en grande difficulté, aux jeunes et aux étudiants pauvres…., assurée par le CCAS (aide sociale), augmente de ZERO euros, par rapport à 2009. C’est un budget libéral tout pour « les entreprises » rien pour le peuple.

 

UN SCANDALE. Comme Sarkozy, ils trouvent facilement 8 millions pour les entreprises et ils ne trouvent pas un centime pour aider les populations qui en ont le plus besoin. Ils augmentent les impôts locaux de 2%. Est-il juste de payer pour engraisser des entreprises qui pour la plupart n’en ont pas besoin ? Est-ce le rôle d’une Commune ? Par contre, au même moment, le service public municipal (frais de personnel) « progresse » de 1,7% c’est-à-dire régresse de 0,3%, l’inflation étant de 2%.

Comme un seul homme PS, PCF, Verts, LO ont voté ce budget digne du libéralisme. La droite, toujours à la recherche d’un mauvais coup, a voté contre expliquant qu’il n’y avait pas suffisamment d’économies faites sur le personnel.

 

Nos quatre élus A gauche 100%, Fatima Chennouf-Terrasse, Sandrine Clavières, Jean-Michel Duclos et Alain Laffont, soucieux du mandat que les électeurs clermontois leur ont donné, défendant des orientations vraiment à gauche, ont voté contre.

 

Clermont-Communauté
Une bonne nouvelle :  La taxe additionnelle ne verra pas le jour cette année !

 

Ensemble, population et élus A gauche 100% nous nous sommes mobilisés. Des centaines et des centaines de pétitions, une réunion publique rassemblant plus de 150 personnes à la Maison du peuple de Clermont…

La majorité du Conseil d’agglomération a renoncé à son projet de faire payer par la population ses erreurs politiques passées commises avec la Droite.

Une économie de 100 euros par foyer, c’est toujours ça de gagné.

Nous pouvons tous être fiers de ce succès.

 

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Régionales Auvergne - Alain Laffont
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 17:39

olivier_polfer_npa.jpgOlivier Polfer, NPA , tête de liste de la Gauche 100% sociale et écologique dans le Cantal était l'invité de Radio Totem, le vendredi 12 février.


Interview radio - 1:00 mn

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Cantal - Olivier Polfer
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:31

 

Texte de l'intervention de Christine CHEVALIER, NPA

Tête de liste de la Gauche 100% sociale et écologique en Haute-Loire lors du meeting à Clermont, le 11 février 2010.

 

Je suis militante associative et syndicale, ma conscience syndicale et politique peut paraître tardive puisqu’elle ne date que de quelques années mais vu le nombre de combats que nous avons mené, elle est copieuse.

Militante dans les collectifs de défense des services publics, ce sont les luttes pour les retraites de 2003 qui ont été l'élément déclencheur de ma prise de conscience. L’appel à voter « non » au référendum de 2005 sur la constitution européenne a été dans la continuité de mes combats et mes engagements syndicaux comme ceux aux coté des sans papiers mon moteur dans l’engagement. Sympathisante d'alternative libertaire, j'ai décidée de participer dès le début à la construction de ce nouvel outil qu'est le NPA.

Ce n'est pas pour parler de moi que j'ai accepté d'intervenir ce soir mais pour parler du projet écologique que nous proposons.

 

christine-chevalier-besancenot.jpgOlivier Besancenot, Christine Chevalier, Alain Laffont - Crédit photo : Cédric Morand

 

Pour nous, les questions sociales et écologiques ne peuvent être dissociées, parce qu'avec la crise à la fois sociale et écologique, ces 2 questions sont complètement liées.

 

Pour le NPA, et de plus en plus dans le mouvement ouvrier, on ne peut pas être anticapitaliste sans être écologiste : c'est ce système qui exploite les travailleurs en leur volant leur force de travail. C'est ce système qui détruit directement ou indirectement leur santé et l'environnement dans lequel ils vivent.

A l'inverse, et c'est aussi important dans la période ou certains voudraient repeindre le capitalisme en vert, on ne peut pas être écologiste sans être anticapitaliste ! Car c'est d'abord et avant tout ce système, par l'organisation de son mode de production qui détruit la planète et l'ensemble des écosystèmes.

Cette liste 100% sociale et écologique ne sépare pas l'écologie du social et c'est pour ça que j'ai accepté d'être tête de liste en Haute Loire.

La colère a grondé dans les campagnes ces derniers mois, les paysans quelle que soit leur production, sont pris à la gorge. Le plus grand plan social de l'histoire continue, ce sont des centaines de paysans dans la région qui disparaissent chaque année ! Nous apportons notre solidarité à leurs luttes qui sont aussi les nôtres.

 

Les paysans doivent vivre, pas survivre !

 

Notre programme apporte des pistes d'alternative pour que demain il y ait des paysans nombreux, vivant de leur travail, produisant une alimentation saine, dans une campagne vivante !

Nous proposons la construction d'un abattoir public régional labellisé « Montagne », pour que l'élevage de qualité soit valorisé. Mettre en place cet outil bénéficiera à tous :il permettra aux éleveurs d'écouler localement leur production, aux transformateurs d'avoir des lieux d'approvisionnements adaptés, et aux consommateurs de connaître l'origine et la manière dont ceci a été produit en limitant les intermédiaires donc avec des prix accessibles.

 

Nous voulons manger, pas « bouffer » !

 

Comme vient de le dire Yves, le Conseil Régional d'Auvergne a fait cadeau à Limagrain de 700 000 € pour le projet "Céréales Vallée", donnant ainsi son aval à la recherche sur les OGM. Comme pour se rattraper cette année, le Conseil Régional vient de saupoudrer 700 000 € à 2 000 paysans. Notre programme défend les paysans contre les « agri managers » et les marchands d'OGM. Malgré le moratoire sur les OGM, qui est une victoire arrachée par nos luttes, les procès continuent un peu partout en France, donc notre combat continue.

Alors que la région Auvergne devait être la première région de Bio de France elle se retrouve en milieu de tableau avec seulement 2% de sa production certifiée AB !

Ce n'est pas une agriculture avec des labels servant de vitrine que nous voulons, c'est une agriculture qui permette à tous une alimentation saine, une agriculture de proximité respectueuse des écosystèmes, des sols, et des paysans qui les cultivent.

Nous voulons développer toutes les alternatives qui ont germées ces dernières années tel que les coopératives et les AMAP. L'effort de la région ne doit pas être la simple fourniture de quelques repas bio par an dans les lycées, comme cela s'est fait cette année. Le Conseil régional doit être le moteur d'un vrai développement de l'agriculture paysanne de proximité et nous utiliserons, entre autre le levier que sont les cantines scolaires pour réellement la développer !

Unir le social et l’écologique, c’est se battre pour que chacune et chacun ait un toit. Cela implique que la Région participe à un grand plan de réhabilitation et de construction de logements sociaux bien isolés thermiquement.

 

Conjuguer le social et l’écologique, c’est aussi militer pour le développement des transports collectifs.

 

Faciliter les déplacements et désencombrer les routes, c’est nécessaire et c’est urgent.

Les lignes doivent être rénovées afin d’accroître la vitesse des trains, et améliorer le confort des voyageurs. Pour cela, il faut en finir avec le désengagement financier de l’Etat qui se décharge de plus en plus sur la Région.

Il faut développer le transport ferroviaire de FRET afin de limiter les déplacements inutiles et polluants des camions sur les routes. C’est un des moyens pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

Les trains de voyageurs et de marchandises ne doivent pas être confiés au privé, ce serait faire courir des risques en matière de sécurité, comme l’a si bien démontré le fiasco de la privatisation des chemins de fer anglais.

Allier le social et l’écologique, c’est aussi revendiquer qu’une des premières mesures d’urgence des futurs élus sera d’accorder la gratuité des transports régionaux à toutes celles et tous ceux qui touchent moins de 1000 euros par mois : les jeunes, les retraités, les chômeurs et précaires. Toutes et tous doivent pouvoir se déplacer, sans être obligés d’utiliser une voiture individuelle.

La gratuité des transports, c’est une mesure autrement plus efficace pour diminuer la pollution que cette injuste taxe carbone que cherche à nous imposer le gouvernement et que nous refusons catégoriquement.

C’est avec ce type de fausse solution que Sarkozy essaie de se faire passer pour le « champion de l’écologie ».

Cela ne trompe personne : en réalité, c’est surtout un partisan acharné du nucléaire et du marché des droits à polluer pour les capitalistes ! Il est l'heure de sortir de l'ère du nucléaire ! Et ce n'est pas pour nous une posture, en Auvergne aussi, les dégâts du nucléaires sont présents, puisque l'ancien site minier de Saint-Pierre du Cantal, renfermerait plus de 600 000 tonnes de déchets radioactifs enfouis par AREVA.

 

J'ai été un peu longue, pour conclure : Notre liste unitaire 100% sociale et écologique, est la seule qui annonce la couleur. Notre liste unitaire est la seule qui s'oppose fermement au pseudo- grenelle de l'environnement de Sarkozy. C’est la seule qui propose une réelle alternative face aux roses plus ou moins pâles et aux verts plus ou moins clairs !

 

Notre liste unitaire annonce la couleur, nous vous proposons de mener tous ensemble ces combats !

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Haute-Loire - Christine Chevalier
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 18:35

 

Lors du meeting du 11 février, l'assistance avait la possibilité d'interpeller nos candidat-es par le biais de questions écrites.


Est-ce qu'Yves Gueydon pourrait nous expliquer les raisons de sa démission de son poste de vice-président du Conseil Régional ?

 

J'ai démissionné de la vice-présidence parce que je n'étais plus d'accord avec la politique d'accompagnement que mène le PS en Auvergne vis à vis de la logique libérale actuelle : subvention aux grandes entreprises, soutien très faible des budgets environnement et énergie et de l'agriculture biologique, non remise en cause du dogme du libre échange et du toujours plus, soutien des pôles de compétitivité et notamment de Limagrain, grand producteur mondial d'OGM .

 

Et je déplore que les verts, comme le PC se soient alignés sur celle politique de mollesse et de renoncement.

 

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Réponses à vos questions
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 18:07

 

Lors du meeting du 11 février, l'assistance avait la possibilité d'interpeller nos candidat-es par le biais de questions écrites.


Le

smig était à 1300 F en 1971. le Parti Communiste a demandé qu'il passe depuis cette période jusqu'à nos jours à 2000 F puis à 4000 F puis à 6000 F net. Malgrè cela, le pouvoir d'achat demeure trop réduit pour beaucoup. Alors pourquoi proposer un smig à 1500 euros si le coût de la vie augmente d'autant si ce n'est plus ? Pourquoi ne pas construire un mode de vie d'un coût stable qui rentre dans les 1500 euros net, ce qui est actuellement le salaire moyen des français ? un mode de vie qui soit économique, écologique, convivial en y incorporant un vrai mode de vie au-delà des questions financières ?


Nous partageons l'idéal d'un mode de vie qui soit économique, écologique et convivial et nous pensons que les mesures anti gaspillage que nous proposons vont dans ce sens. Mais nous savons aussi que des millions de personnes ont tout simplement de terribles difficultés à joindre les deux bouts et qu'un revenu de 1500 euros est aujourd'hui un minimum pour vivre décemment et sans risque d'excès de consommation ! C'est une mesure de justice sociale : il est avéré que depuis 30 ans la

part des salaires a baissé d'au moins 10% et que la part des profits a augmenté d'autant. Il est normal que les salariés récupèrent ce qui leur a été volé.

Quant au coût de la vie, c'est vrai qu'il continue de croitre, au moins pour les produits d'usage courants... malgré la baisse de la valeur des salaires ce qui contribue encore à augmenter les profits des mêmes. Un autre partage des richesses est donc bien à l'ordre du jour et grâce à cela un accès proche de la gratuité pour des choses aussi que les transports, le logement, les soins, etc... au moins pour les revenus les plus modestes.

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Réponses à vos questions
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 17:52


Lors du meeting du 11 février, l'assistance avait la possibilité d'interpeller nos candidat-es par le biais de questions écrites.

 

Votre programme et nos jeunes parlent de formation, René Souchon aussi ...

Où est la différence ?

 

Il est vrai que René Souchon et le PS parlent de formation. La différence est qu'ils ne font pas du développement du service public de formation sur l'ensemble du territoire une priorité qu'il s'agisse de la formation initiale pour les scolaires dans les lycées ou de la formation continue des salariés et demandeurs d’emploi. Le Conseil Régional subventionne au contraire ou appuie directement ou indirectement plusieurs centaines d'organismes de formations au sérieux pas toujours avéré et qui ont pour objectif principal de vendre de la formation. Or, seul le service public peut corriger les inégalités sociales et territoriales et assurer gratuitement à chacun et en toute neutralité une formation de qualité débouchant sur des diplômes ou des qualifications reconnues.

 

Quelques exemples :

 

-- sous la mandature 2004-2010, il y aura eu plus de sections de BTS créées en dehors du service public (plus 41%) que dans le service public (plus 24%)

 

-- deux plates formes départementales (Allier et Puy de Dôme) sur quatre des Ecoles de la deuxième chance ne sont pas pilotées par le service public.

 

-- de nombreuses subventions ont été accordées à l'apprentissage patronal ...avec pourtant à l'arrivée une baisse du nombre des maîtres d'apprentissage. Certaines subventions sont à la limite de la moralité et de la légalité : 500 euros pour un patron qui assiste à une réunion qui lui rappelle la réglementation ! (cf. site du Conseil Régional)

 

La région a pour projet, pour les publics les plus éloignés de l’emploi de mettre en place un « service public régional de la formation » sous forme de droit opposable à 180 h de formation. Mais outre le caractère limité de cette offre, le plus contestable est que ce service public sera pour l’essentiel assuré par des organismes privés qui auront répondu à l’appel d’offre de la Région et que le conseil régional va ainsi subventionner parce qu’ils auront « emporté le marché ». Cette façon de faire est certes encouragée par les directives européennes contenues dans les différents traités (que la droite, le PS et les Verts ont ratifiés…) mais une région a de nombreux moyens juridiques et politiques pour procéder autrement et faire en sorte que le service public soit assuré par… le service public.

 

En résumé, nous refusons que la formation devienne une marchandise comme une autre. La gauche de résistance et d’alternative que nous voulons construire veut faire de la formation un droit fondamental qu’il faut rendre accessible à tous dans le service public de formation. Ce dernier a donc vocation à être la colonne vertébrale et à structurer de manière efficace et juste socialement l’ensemble des actions et des organismes de formation. C’est cet objectif que nous nous efforcerons d’atteindre. Si on fait le bilan de la région aujourd’hui, il y a plus de formations relevant d’une logique marchande et en proportion moins de formations relevant du service public qu’il y a six ans. Nos élus s’attacheront à inverser radicalement la tendance. Nous voulons changer de cap.

 

Repost 0
La gauche 100 % sociale et écologique - dans Réponses à vos questions
commenter cet article

Info site web Législatives

site-alain.jpg

Recherche

Nos têtes de liste


C'est Alain Laffont, élu municipal NPA
à Clermont (à droite sur la photo)
qui conduira la liste unitaire rouge et verte.


gauche-100-sociale-ecologique-tetes-liste.jpg A ses côtés sur la photo (de gauche à droite) :
- Yves Gueydon, Alter Ekolo, tête de liste pour le Puy-de-Dôme
- Christine Chevalier, NPA, tête de liste pour la Haute-Loire
- Olivier Polfer, NPA, tête de liste pour le Cantal
- Gérard Gendre, Alter Ekolo, tête de liste pour l'Allier

fleche-rougePROFESSION DE FOI ET LISTES

Selection vidéos

Appel d'Olivier Besancenot à voter
pour les listes soutenues par le NPA




Les propositions de la Gauche 100% en meeting à Clermont le 11/02


Alain Laffont NPA, Yves Gueydon, AlterEkolo, Christine Chevalier NPA
Extraits du discours d'Olivier Besancenot

Pourquoi l'unité ne s'est pas faite ?


Déclarations de  André Chassaigne à France 3,
interviews de Yves Gueydon et Alain Laffont

Suppression du ministère de l'immigration
et de l'identité nationale !
Régularisation des sans-papiers !



Jeanne Moreau - Lettre à Hortefeux
MAP - Un air de Révolution

Notre programme

programme-gauche-100-sociale-et-ecologique.jpg

Vidéothèque

Contre la droite et Sarkozy !

retraite.jpgDes élus à vos cotés contre le PATRONAT,
la DROITE et SARKOZY !


Lutter contre le chômage :

• Pour l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.
• Travailler moins pour travailler tous et toutes.
Pour la retraite à 60 ans maximum pour tous et toutes à taux plein avec 37, 5 annuités de cotisation !

Vivre dignement :
• Pour le SMIC à 1500 euros net.    
• Pour la réquisition des logements vides afin de répondre au besoin d’hébergements d’urgence.  
• Pour s’opposer aux « réformes » gouvernementales (suppression de la taxe professionnelle, bouclier fiscal…).
• Pour la sortie du nucléaire.